top of page

Pré-conception ayurvédique et le lien à la terre



Les problèmes d’infertilité d’aujourd’hui sont inséparable de notre relation à la nature envahie, polluée, intoxiquée, desséchée…

Le taux de sperme dans tous les pays occidentaux a chuté de 52% à 57%, depuis les 40 dernières années, un homme sur trois est infertile et une femme sur quatre. C’est une crise qui touche en profondeur la blessure d’infériorité, elle touche notre relation à l’insécurité, à l’échec, au désespoir, à l’abattement, à l’immobilisation…

Elle touche notre rapport au masculin et au féminin, à notre polarité de naissance… et dans tout ce qu’elle touche, c’est une crise de Foi qu’elle déclenche.

Retrouver les racines de la fertilité ne peut se désolidariser de notre lien à la terre, qui nous enseigne les rythmes ; la nature fertile d’un sol nous ramène à notre propre fertilité en tant que femme. Ce que partage l'ayurveda sur la pré-conception et la fertilité est intimement lié à la nature et ce lien ne peut être séparé.

La terre nous guide dans notre propre fertilité, il suffit de l'observer pour retrouver l'importance de l’union profonde du couple, le soutien de la communauté, les écosystèmes et les organismes vivants qui contribuent à la naissance, la chaleur douce et humide qui rend possible l'accueil de la vie dans le corps humain, et dans la terre...

Retrouver ce lien remet de l’ordre, l’imposition personnelle et individuelle laisse place au lâcher-prise et au respect des lois de la nature.

C’est de cet espace et avec la connaissance que la fertilité reprend ses droits. Car souhaiter la naissance n’est pas un acte égotique, c’est une évidence qui s’impose comme une graine qui a pour plan d’exister et qui par les plans de la nature et l’organisation divine, trouve son chemin vers la naissance.

Beaucoup de troubles de fertilité sont liés à la nutrition en berne, et donc aux sols appauvris, aux toxines dans la nourriture, aux polluants dans notre environnements, aux perturbateurs endocriniens… 

Je parle du lien à la nature et de lâcher prise avant de parler de connaissance et de principes parce que la cause des causes est notre maladie d'individualité

Et que saisir des solutions éparses si le contrôle n'a pas été soumis à plus grand que soi ? Sans cet ancre, les solutions éparses se retrouvent comme des pansements, elles dispersent mais n'amènent nulle part.

Parce que beaucoup d’informations sont disponibles aujourd’hui sur la fertilité et que les solutions cherchées par le mental en quête d’une sortie de sensations inconfortables ne mène pas forcément à des solutions justes voire durables.


Chaque individus est unique.


En Ayurveda on considère que ce sur quoi les deux partenaires se concentrent lors des 90 jours avant la grossesse est très important dans les étapes qui suivront et dans la santé du futur bébé. 

La santé des parents lors de la conception détermine la santé physique, émotionnelle, mentale et spirituelle du bébé, on prend le temps car avant de se nourrir, la terre se nettoie des toxines, pour que le bébé puisse grandir en puisant dans de bonnes ressources.






Je vous donne rendez-vous jeudi 13 juin à Toulouse pour vous parler d'ayurveda et de pré-conception, toutes les infos ici :










Comments


bottom of page