top of page

La guérison des traumas


Les traumas font partie de l’expérience humaine, ils laissent une trace dans notre champs physique, émotionnel et mental, ils sont des programmes que le système nerveux rejoue, entrainant un schéma de pensées répétitives et la plupart du temps inconscientes. Ces schémas génèrent des contractions dans notre système que nous avons accepté croyant un jour qu’ils étaient la vérité. Mais la vérité est que nous sommes faits d'une substance qu'est l'Amour.



Expansion et contraction


Seulement, comme les vagues de l’océan, ces mouvements d’expansion et de contraction ne s’arrêtent pas, ils évoluent et se dissipent dans les rythmes naturels.

Ce qui rend ce mouvement fluide est notre conscience, de la même manière que les vagues ne luttent pas, elles sont en accord avec les rythmes universels.

Un trauma est une vague contractée qui s’est arrêtée dans le temps et a perdu le lien avec les rythmes universels.

Cet état de contraction se projette ensuite sur tous les pans de notre vie puisqu’il génère son propre rythme, coupé du rythme de l’être. Et au-delà de ce que le trauma a à nous raconter, le fil conducteur qui nous permet de le rencontrer est l’état de contraction. L’état de contraction à l’opposé de l'expansion se retrouve dans le corps, notre respiration, notre mental, notre intellect, notre mémoire et notre égo.



Au-delà de l’histoire, le corps parle du trauma au travers de l’état de contraction


L’histoire du trauma est coupée des rythmes divins, et donc du véritable pouvoir, de la puissance d'amour. Ce qui s’est produit nous a donné l’impression d’être coupés de notre puissance d’être, du Soi et nous en avons fait une vérité, une identité.

Oser la rencontre avec l’énergie de contraction nous permet de voir la blessure sans son masque d’histoire, sans son identité, nue.

Oser rencontrer le trauma est une aventure aux frontières de l’histoire que l’on se raconte. La rage, la colère, la haine, la peur, n’ont jamais entaché qui nous sommes vraiment. Lorsque nous les rencontrons à partir de cet espace immobile, du repos profond et de l’amour, les émotions peuvent retrouver leur mouvement et se détacher de l’histoire. Nous retrouvons notre liberté et donc notre véritable puissance.

Ce mouvement régénéré laisse place à une nouvelle façon de nous mouvoir, de penser et de vivre.



Qui es-tu ?


Le dévoilement de l’être permet de mettre en lumière ces énergies contractées que génèrent les traumas. Ils sont des habitudes, des schémas de pensées cultivés, Quand nous réalisons qu’une autre réalité est possible et que la vérité est au-delà de l’enclos que nous nous étions accordés pour vivre, la conscience demande naturellement à s’expandre puisque c’est dans la nature de notre énergie de danser.

Et cette danse commence par autoriser les émotions à être, à conscientiser qu’elles ne sont pas censées stagner ou se figer... Par exemple, un trauma d’abus a tendance à fermer la porte à certaines émotions comme la rage ou la colère. Notre identité commence à s'arrêter à partir de cette énergie contractée.

Qui sommes-nous au-delà de cette contraction ?

Quelle intimité avons-nous réellement peur de rencontrer ?

Derrière le trauma, qu’y a-t-il ?

De la conscience. Une intimité plus profonde avec qui nous sommes, avec Dieu en nous.



En finir avec les traumas ?


Nous sommes tous empreints de traumas, en guérir un laisse la porte ouverte à un autre.. C’est la course poursuite de l’égo qui se confond avec le Soi.

Il y a un espace où la rencontre se fait et les schémas se fondent.

Nulle part ailleurs que dans l’accueil de ce qui est.

Renforcer notre conscience de l’espace divin en nous permet de cultiver cet accueil en toutes circonstances. Car in fine, l'état d'accueil permanent est notre véritable nature, l'ouverture est inhérente à notre être. De cet espace, pas de guérison de traumas, pas de "travail intérieur", tout se fait de cet espace en cet espace par cet espace. L'égo qui s'accapare la guérison ne fait pas la paix. La paix guérit parce que c'est dans la nature d'une vague de ne pas être séparée de l'océan...


La clé de la guérison des traumas est dans le repos profond et dans l’amour.

Le trauma refuse de se détendre dans ce qui est, si je ne me contracte pas à la vue de cette menace, je m’éteins. Mais qui s'éteint ? Accepter de se détendre dans l’expérience de contraction ouvre la porte à notre véritable énergie, notre vérité, et la vague d'énergie contractée peut alors se mouvoir. Ce qui meurt est l’histoire, l’être ne meurt jamais.


Alors les outils thérapeutiques soutiennent notre capacité à ressentir, la connaissance soutient notre capacité à reconnaitre la vérité, la pratique spirituelle soutient la transformation en renforçant l’énergie vitale.


Mais la qualité essentielle à ce processus est notre capacité à accueillir ce qui est dans le repos profond et dans l’amour.

Lorsqu’une vague se contracte, seul le murmure du rythme universel peut la ramener à la maison, dans sa nature fluide. Pas la lutte, pas l’effort. La nature de l’être est sans effort.

Essayer de guérir ou faire des efforts ne mène qu’à la porte, la véritable guérison se passe dans le lâcher-prise, dans l’abandon aux rythmes universels.

Ce n’est pas non plus l’apathie. C’est une relaxation profonde, un plongeon dans l’éternité.


Puissent les vagues accepter l’inévitable union avec l’océan.










コメント


bottom of page