top of page

La Dinacharya, la routine ayurvédique du matin

Pépites de longévité


L’ayurveda a été soufflé aux Rishis il y a très très longtemps, près de 6000 ans...

C’est la science de la vie, on la retrouve dans les Vedas, surotut dans l'Atharva Véda.

Dans ces textes, on mentionne les différents climats et les routines adaptés à chaque saison. Par exemple, si nous vivons dans un lieu froid et humide ou chaud et sec, différentes plantes vont être recommandées. Parmi tous les plus beaux conseils ayurvédiques, la Dinacharya est une série de pratiques simples et profondes permettant de retrouver notre équilibre et de mieux entretenir notre santé au quotidien...

Elle peut être pratiquée quel que soit notre lieu de vie, notre pays, le climat... les textes ayurvédiques mentionnent bon nombre de recommandations mais ici, vous allez trouver les plus adaptées à notre ère.


Prenez une pratique à la fois, jusqu'à ce qu'elle soit agréable et naturelle pour vous.

C'est une hygiène de vie, une écoute au quotidien. La santé se manifeste bien avant d’être malade puisqu'après ça, il est bien plus difficile de retourner à l’équilibre.


Dans les lignes suivantes, vous trouverez de nombreuses idées, intégrez-les comme un menu sur lequel on choisit des plats qui nous appellent, jusqu'à ce que vous vous familiarisiez avec l'ensemble des pratiques, avec leur chronologie et que vous fassiez l'expérience de leurs bénéfices au quotidien.


1. Le lever – (Brahma Mahurat Uttishte)

Selon l'ayurveda, l’heure idéale pour se réveiller est appelée Brahma Murat. 48 à 96 min avant le lever du soleil. C’est le moment où l’énergie éthérique de l’univers est très haute, une énergie très subtile qui nous donne plus facilement accès à notre créativité et à notre subconscient. Bien sûr, se réveiller tôt n’est pas recommandé si nous nous sommes couchés tard la veille... Les heures matinales autour de 6h sont proches de Vata, cette énergie de mouvement qui nous aide à déclencher le péristaltisme donc c’est un bon moment pour favoriser l’élimination. En vous réveillant plus tôt, vous vous alignez sur les rythmes de l’univers. De la même manière que l'hormone du sommeil, la mélatonine qui rend le sommeil plus facile autour de 22h, vous lever tôt soutient bien mieux votre péristaltisme, stimule votre feu digestif, détend vos muscles profondément, ce qui rend le moment très propice à la méditation et à l'introspection.

Si vous aimez méditer, profitez de ces énergies pour vous connecter au cosmos. L’éther est l’espace, il est présent partout et aussi dans notre système nerveux, les rêves en sont une manifestation. Les personnes qui se lèvent pendant Brahma Mahurat peuvent avoir du mal à se rendormir ensuite parce que c’est le moment de la journée où Vata est très présent.

Profitez de ce moment pour vos pratiques spirituelles, ou même pour étudier ! l’esprit étant naturellement paisible et clair, vous êtes plus connectés à votre subconscient.

2. L'élimination

Idéalement, si vous pouvez vous lever et aller immédiatement à la selle, dites-vous que votre péristaltisme fonctionne bien. En vous levant autour du lever du soleil, votre corps soutient naturellement le péristaltisme, vous irez aux toilettes plus naturellement. Pour ceux qui ne peuvent pas se lever tôt, la méditation est une bonne solution. Asseyez-vous pour méditer quelques minutes, vos muscles se détendront profondément, ce qui aidera aussi le péristaltisme. Autrement, il y a des asanas (des postures de yoga) comme Vajrasana ou Bhalasana.

S’il ne fait pas trop chaud, vous pouvez boire un peu d’eau chaude avec une pointe de gingembre. S'il fait chaud, en été, buvez plutôt une tasse d’eau chaude avec quelques feuilles de menthe pour rafraichir votre système. Donc aller à la selle au lever est indiqué dans les textes ayurvédiques. Faites au moins en sorte d’y aller une fois par jour, le matin étant le moment idéal.

3. Les dents - Dantdhavanam

Se brosser les dents est finalement assez récent ici ! les textes ayurvédiques parlaient déjà du brossage des dents il y a 6000 ans et recommandaient l’utilisation très spécifiques de certains types de branches, de certains types d’arbres, selon les saisons et les constitutions, et de mâcher ces branches avec une poudres permettant de laver les dents. Se brosser les dents, au-delà de ce qu’on en sait, permet d’éliminer l’excès de kapha qui ne nous permet pas de ressentir le goût aussi bien.

4. La langue – Jivha Nirlekhan

Se gratter la langue est une formidable pratique qui ne prend que quelques secondes.

A l’époque on recommandait d’utiliser des métaux comme l’or, l’argent ou le cuivre pour se gratter la langue pour éliminer les toxines et stimuler les nerfs présents sur la langue, qui sont aussi présents dans les intestins. On trouve facilement des gratte-langues en cuivre, ne le choisissez pas trop fin pour qu'il n'irrite pas la langue.

Ouvrez la bouche en grand, tirez la langue et grattez de l’arrière vers l’avant pour enlever la couverture blanchâtre qui la recouvre, cette substance kapha qui s’est accumulée en excès pendant la nuit.

De la même manière que notre système digestif a un système d’élimination, les toxines peuvent aussi s’accumuler dans la bouche et se gratter la langue tous les jours permet de renforcer la langue et surtout stimuler le système digestif, lui donnant un signal pour se réveiller et réveiller les enzymes digestifs.

5. Le visage – Mukh Prakshalan

Après vous être gratté la langue, c’est le moment de se laver le visage pour éliminer l’excès de kapha, rafraichir le visage et les sens. Vous pourriez utiliser un mélange de lait, d’eau de rose et d’eau. Si votre peau est très grasse, utilisez simplement de l’eau. Parfois même un peu d’eau de rose.

Alors que la plupart des pratiques ayurvédiques invitent à choisir tout ce qui est chaudes ou tièdes, pour le visage, vous pouvez utiliser de l’eau fraiche, la peau du visage est très fine et délicate, ça aide à la protéger. Si votre peau est grasse, vous pouvez utiliser une décoction composée de plantes médicinales, comme Amalaki pour ne pas boucher davantage vos pores. Si votre peau est rouge ou enflammée, vous pouvez mélanger un peu de lait froid dans un bol, diluer avec de l’eau de rose et nettoyer votre visage avec ce mélange. Si votre peau est sèche, utilisez du lait chaud, mélangez-le avec quelques plantes recommandées comme la réglisse.

6. Le nez – Nasya – les gouttes nasales

Le mélange d’huiles le plus recommandé est Anu Taila, (Taila veut dire huile en Sanskrit) une formulation traditionnelle faite par de nombreuses marques aujourd’hui. Si vous sentez que ce mélanger pique trop le nez, vous pouvez le mélanger avec de l’huile de sésame. Si vous ne voulez pas utiliser une huile médicinale, optez simplement pour une bonne qualité d’huile de sésame pressée à froid. Nasya signifie instiler des gouttes d’huile médicinale dans le nez en penchant la tête en arrière, permettant à ces gouttes (1 ou 2) de pénétrer.

Le nez est la porte d’entrée du cerveau, il y a un accès direct à certaines parties du cerveau très spécifiques. Les yeux, les oreilles, la bouche n'ont pas cet accès là, seul le nez a cette fenêtre.

Cette technique aide à ouvrir les sinus, votre cerveau étant connecté aux sens, c'est très bon pour les yeux, les cheveux, les épaules et toute la région au-dessus des épaules. Pratiquer Nasya tous les jours est formidable pour notre santé et convient quasiment à tout le monde, il y a très peu de contre-indications, seulement si vous avez le nez qui coule en permanence, évitez de le faire.

Vous pouvez le faire le matin avant de vous lever, 2 gouttes dans chaque narine. . Quelle que soit votre situation, essayez Nasya plusieurs fois et voyez comment vous vous sentez après plusieurs jours. Beaucoup de personnes peuvent avoir des sensations désagréables dans la gorge... parce que nous ne sommes pas habitués. C’est bien de le faire deux fois par jour, le matin et le soir. Si vous avez de la fièvre ou des allergies, selon le niveau d’inflammation, c’est bien de commencer par un peu de vapeur pour ouvrir et masser de chaque coté du nez et sous les narines, avant de mettre les gouttes. Si quelque chose ne parait pas juste, ne le faites pas, écoutez-vous ! Aussi si vous vous sentez congestionnés, utilisez de la vapeur avant de mettre les gouttes, traditionnellement, il est conseillé de faire ce bain de vapeur pour ouvrir le nez en massant avant et après Nasya. La vapeur ouvre tous les canaux, et l'huile peut ainsi circuler plus en profondeur.

Nasya a tant de bénéfices mais avant tout, écoutez votre corps et vos ressentis, parfois, une seule plante incorporée au mélange peut ne pas être tolérée par tout le monde, même l’huile de sésame.

Ne prenez pas de bain ou de douche immédiatement après Nasya. C’est bien de le faire suivre par le gargarisme à l’huile.

Pour faciliter Nasya, il est aussi possible de le faire au moment du lever, ce n’est pas l’ordre recommandé mais ça permet de le faire allongé, et de ne pas oublier...

7. La gorge /- Gandush

Dans le passé, on faisait ce "gargarisme" avec des décoctions ou une tisane de plantes mais pour rendre les choses plus faciles, vous pouvez utiliser de l’huile. L’huile recommandée étant celle de sésame.

Cette pratique renforce les dents, les gencives, les mâchoires, la tonicité de la peau, l'huile pénètre profondément pour lubrifier toute la bouche.

On retient l’huile pendant 3 à 4 min, généralement on retient un maximum d’huile possible dans la bouche, pour qu’il soit impossible d’en retenir davantage, avant de recracher.

Il est aussi possible d’en prendre une plus petite quantité et de faire bouger l’huile dans la bouche de gauche à droite pendant 2 à 3 min. Ça change la consistance de l’huile et donne les mêmes bénéfices. Si votre langue ou votre peau sont enflammées, vous pouvez aussi mélanger l’huile de sésame à de l’huile de coco, elles ont des consistances différentes donc mélangez bien.

Idéalement, on parle de Gandusha, qui est le fait de retenir de l’huile dans la bouche, dans une bonne quantité. Mais les personnes ayant une indigestion ou la langue très chargée ne peuvent pas utiliser de l’huile, ça pourrait empirer la situation. L’huile a cette capacité pénétrante et celle recommandée dans les textes est l’huile de sésame, davantage que l’huile de coco. Bien sûr, choisissez une huile de sésame pure et légère, pas grillée.

Si vous avez des toxines sur la langue, du mucus le matin ou une indigestion, choisissez plutôt une décoction, comme une infusion d’amla. Aussi, on recommande dans les textes de nettoyer l’huile à la fin avec une décoction.

8. Le corps – Abhyanga – l’auto-massage

Votre peau est un immense canal, on peut atteindre les tissus ou Dhatus au travers de la peau ou de la bouche. L'auto-massage Abhyanga apaise le système nerveux et donc vata, l’anxiété... Il aide à ramener le vata dans la région pelvienne, sa véritable maison. Ça renforce les os, surtout si vous pouvez vous exposer au soleil après l’application de l’huile, ce qui augmente l’absorption de la vitamine D.

Faire de l’exercice pendant que l’huile est sur le corps permet de générer de la chaleur interne et permet à l’huile de pénétrer davantage et d'atteindre les tissus profonds, les os et la moelle.

Si vous n’avez pas de temps pour l’exercice ou le yoga, appliquez l’huile et attendez 15 à 20 min.

Les bénéfices sont immenses, surtout pour le système nerveux. Particulièrement aujourd’hui, la plupart des gens souffrent de vata aggravé, sont plus agités, confus, indécis, l'esprit est dans tous les sens et toujours sollicité.

L'auto-massage aide aussi la peau, renforce les articulations ainsi que tous les tissus. Tous ceux qui souffrent de problèmes de digestion ont besoin d’être nourris, de renforcer leur feu digestif, surtout les enfants rachitiques... ce massage est une bonne façon de se nourrir de l’intérieur... En Inde, on masse les bébés à l'huile dès leur naissance, les ainés ont cette habitude très ancrée dans leur habitudes. On sait que l'huile est importante pour la longévité.

Les meilleurs endroits du corps pour pratiquer l’abhyanga sont le dessus de la tête, qui donne accès au cerveau pour calmer le système nerveux ; la plante des pieds, les endroits où se trouvent les terminaisons nerveuses et les oreilles. C’est une habitude à prendre, vous remarquerez qu’en le faisant le soir, vous allez ressentir un effet relaxant. Ce sont les 3 zones à masser en priorité si vous ne pouvez pas faire un abhyanga complet.


Vous pouvez utiliser plusieurs types d’huile comme l’huile de sésame, de coco, ou maha chandanadi taila... et même ajouter une goutte d’huile essentielle à votre huile pour un effet apaisant, comme la lavande. Quelle que soit l’huile que vous choisissez, faites en sorte de vous renseigner sur la façon dont elle est fabriquée. Aussi, ne conservez pas vos huiles trop longtemps dans vos placards, surtout si vous vivez dans un endroit chaud, la plupart des huiles ont une durée de conservation de 3-4 mois en général. Idéalement, on applique l’huile chaude sur tout le corps et on lui laisse le temps de pénétrer pendant notre pratique du matin. On peut dédier des vêtements amples à l’abhyanga, les enfiler juste lors de notre pratique avant de nous doucher.

Si vous avez une constitution plutôt Vata, utilisez l’huile de sésame, surtout l’hiver. Elle a cette capacité de pénétrer profondément au travers des pores. Si c’est l’été ou que vous avez une constitution chaude de type Pitta, vous pouvez utiliser l’huile de coco, maha chandanadi surtout si vous avec une peau très enflammée. Elle a une base de santal, un peu d’eau de coco et d'huile de sésame. Les gens qui ont de l'eczéma ou beaucoup de toxines ne peuvent pas utiliser n’importe quelle huile, les pores qui sont trop bouchées ne peuvent pas tolérer toute cette quantité d'huile. Si vous avez de l’eczéma sec, utilisez de la chaleur avant d’appliquer l’huile comme un sauna. Traditionnellement, après l’abhyanga ou après avoir fait de l'exercice, on appliquait des poudres pour absorber l’huile, et pour nettoyer le corps (les textes ont 6000 ans, il n'y avait pas de savon à l'époque...). Faites plutôt un gommage sec deux fois par semaine.

Pendant les règles, pas d’abhyanga, pas de massage, l’ayurveda recommande le repos donc pas d’exercice non plus. Le corps vit une grosse transition, ça pourrait créer des toxines dans le corps.

Évitez aussi l’abhyanga lors des mois très humides, quand vous avez de la fièvre, quand vous êtes malade, quand votre agni (feu digestif) est bas, ou quand votre peau est enflammée. Mais vous pouvez quand même appliquer de l’huile sur le dessus de la tête, avant de vous coucher ainsi que dans les oreilles (allongez-vous et penchez la tête, mettez une goutte d’huile dans chaque oreille et du coton pour absorber l’excès), autour des oreilles et sur la plante des pieds. C’est une très bonne pratique du soir.

Chauffer l’huile est bien mieux, écoutez-vous bien sûr, l’été elle peut l’être moins. Abhyanga est appelé sneha et sneha veut dire amour en sanskrit...


Kumkumadi taila est une bonne huile pour le visage mais encore une fois, il vous faut tester selon votre type de peau afin qu’elle soit vraiment absorbée, surtout si vous avez de l’acné, beaucoup de ces pratiques ayurvédiques sont recommandées pour des personnes dont les doshas sont déjà équilibrés, donc la première étape est de retrouver l’équilibre.


9. L'exercice – Vyayama

On fait de l’exercice idéalement avant de retirer l’huile donc pas besoin de trop en utiliser, vous pouvez utiliser un spray par exemple.

L’ayurveda recommande de faire de l’exercice à la moitié de vos capacités, cessez quand vous remarquez que vos aisselles et votre front commencent à transpirer légèrement, pour éviter de vous surmener. Les mouvements de Yoga, Chi Gong, Tai chi pratiqués en conscience permettent de faire circuler l’énergie dans les différentes parties du corps. Un peu de cardio peut aussi aider... À vous de voir quelle est la meilleure façon de dérouler votre corps !

10. Les poudres – Udvartana

Le gommage aux poudres ayurvédiques est destiné à stimuler la lymphe et à absorber l’excès d’huile de l’abhyanga. Certaines plantes étaient sélectionnées selon certaines saisons. Aujourd’hui, vous pouvez simplement faire un gommage sec 2 fois par semaines maximum pour éviter d’extraire trop d’huile.

Si vous avez beaucoup de sècheresse dans le corps, évitez le gommage à sec ou le brossage à sec.

11. Le bain - Snana

L’ayurveda recommande de ne pas prendre un bain (ou une douche) trop chaud, il est plus difficile de revenir à l’homéostasie si l'eau est trop chaude, ça enflamme la peau. Votre peau est un organe qui peut réagir très fort à la chaleur. Donc vous pouvez utiliser une eau un peu plus chaude au dessous de la poitrine, mais de l'eau tiède au niveau de la région du coeur ou au-dessus.

SI vous avez une indigestion, prendre un bain n’est pas indiqué.

Comentarios


bottom of page